Résilier sa carte de crédit renouvelable à la consommation


Ecrit par Mathilde Guée


Mise à jour : 26 octobre 2016


le credit renouvelable pour consommer dans les magasinsVous possédez sûrement une carte de fidélité qui inclut une fonction de crédit dans l'un de ces magasins : FNAC, Ikea, But, Conforama, Boulanger, Carrefour, Casino, Auchan, Decathlon.... Elle vous a peut-être même permis de financer certaines dépenses, mais aujourd'hui, vous n'en avez plus besoin.


Pour résilier cette carte, rien de plus simple, nous allons vous guider ! Il vous suffit d'envoyer une lettre de résiliation à la société de crédit qui gère ces cartes de paiement : Cofinoga, Banque Accord, Cofidis, Cetelem, Sofinco (Finaref)...


Résilier à tout moment sa carte de crédit conso


Sachez tout d'abord que le Code de la Consommation prévoit qu'un crédit renouvelable peut-être clôturé à tout moment. Que vous soyez détenteur d'une carte Aurore, Kangourou, Pass, 4 étoiles ou autre, vous n'avez qu'à informer l'organisme concerné par lettre recommandée avec accusé de réception.


Votre situation a changé (décès, chômage, divorce), ou vous voulez tous simplement mettre de l'ordre dans vos comptes ? Quoi qu'il en soit, vous n'avez pas à indiquer les raisons qui vous poussent à résilier votre carte de crédit. Mais n'oubliez pas que vous devrez tout de même rembourser la totalité des sommes utilisées, aux conditions définies dans le contrat de votre carte.

Laissez-vous guider


Vous pouvez résilier votre carte de crédit en quelques clics en complétant notre modèle de lettre et en envoyant directement en ligne votre recommandé. C’est simple et rapide ! .


Je résilie en ligne


Le crédit renouvelable, c'est quoi ?


Les crédits que vous proposent les grands magasins ont différents noms : "revolving", "permanent", "renouvelable"... Ils sont activables par une carte de fidélité qui peut aussi servir de carte de paiement. Elle vous donne accès à une somme d'argent pour faire vos achats, avec un plafond à ne pas dépasser.


Ces crédits "reconstituables", parfois appelés aussi "réserves d'argent" fonctionnent tous de la même façon : si vous utilisez les sommes disponibles, vous devrez ensuite rembourser le capital utilisé en plusieurs mensualités, sans oublier les intérêts et les assurances.



Quelques guides utiles


- La résiliation de la carte Castorama

- La résiliation de la carte Auchan Banque Accord

- La résiliation de la carte Boulanger b+



Au bout d'un an : résilier à l'échéance


Le crédit renouvelable, c'est un contrat d'un an renouvelé tous les ans par tacite reconduction. Mais trois mois avant la date anniversaire du contrat, vous devez recevoir de l'organisme prêteur un document contenant :


  • - les modalités du crédit,
  • - les conditions valables en cas de reconduction,
  • - les modalités de résiliation.
  • Ces nouvelles conditions, vous pouvez les accepter ou les refuser. Cela peut être l'occasion de mettre fin à votre contrat de carte de crédit, en envoyant une lettre recommandée avec accusé de réception à l'organisme de prêt. Cette démarche doit être faite au moins 20 jours avant la date de reconduction. Vous vous engagez alors à rembourser le montant emprunté, et le crédit renouvelable se transforme en crédit classique jusqu'à ce que votre dette soit soldée.


    Vous n'utilisez plus votre crédit renouvelable


    Autre possibilité : vous avez pioché dans la réserve d'argent à l'occasion d'une dépense particulière, mais depuis des mois, voire des années, vous n'utilisez plus la carte de fidélité. Dans ce cas, la société de prêt doit vous rappeler les modalités du crédit chaque année, trois mois avant la date anniversaire. Si vous donnez pas votre accord 20 jours avant la date d'échéance, votre contrat sera suspendu.


    Et si, un an plus tard, vous n'avez toujours pas demandé la levée de cette suspension, le crédit sera automatiquement résilié. Notez que vous devrez alors rembourser l'ensemble des sommes restant dues sans délai.


    Les risques du crédit à la consommation


    Flexible, facile à négocier, immédiat : le crédit renouvelable peut être une solution très séduisante lorsqu'on souhaite acheter un équipement cher, comme une TV, un canapé ou un ordinateur. Gardez toutefois à l'esprit qu'il reste le plus cher des crédits à la consommation avec un taux effectif global (TEG) rarement inférieur à 14% et qui peut atteindre les 22%. Un taux élevé, qui peut s'accompagner d'indemnités de retard, et entraîner des difficultés financières, jusqu'au surendettement.


    La Loi Chatel du 28 janvier 2005 avait permis d'encadrer plus sévèrement cette pratique, en limitant la durée d'un contrat à un an, tacitement renouvelable, dans la limite de trois ans pour le même crédit.


    Depuis la réforme Lagarde, la carte de fidélité avec fonction de crédit doit en outre donner la possibilité de payer comptant (par défaut) ou à crédit. Ainsi, le client ne peut pas entamer son crédit renouvelable sans s'en apercevoir. Il doit l'activer lui-même.


    Enfin, depuis la Loi Hamon, les magasins proposant des solutions de crédit renouvelable sont tenus de donner à leurs clients la possibilité d'opter, à partir de 1.000 euros d'achats, pour un crédit classique (amortissable). Une autre modification porte sur le droit de rétractation, dont le délai est désormais porté à 14 jours.


    Même si ces lois ont contribué à réduire les risques pour le consommateur (le prêteur doit notamment vérifier la solvabilité des emprunteurs), il est tout de même indispensable de réfléchir à deux fois avant d'activer sa réserve d'argent sur une carte de fidélité. Pour rappel, selon une étude publiée par la Banque de France en décembre 2015, les crédits renouvelables étaient présents dans 69% des quelque 200.000 dossiers examinés par les commissions de surendettement sur l'année entière.


    La vigilance s'impose d'autant plus que les abus des enseignes distribuant ces cartes de crédit ont tendance à se poursuivre, malgré le renforcement de la loi : une étude publiée en septembre 2016 par l'association de défense des consommateurs CLCV pointe ainsi plusieurs manquements. Elle observe notamment des pratiques illégales dans 68,5% de ses "visites mystère", durant lesquelles les vendeurs n'ont pas donné le choix au client entre crédit amortissable ou renouvelable.